Voyager dans un pays en situation critique : les avantages !

1

Combien de personnes ont abandonné l’idée même de voyager car ils avaient vu à la télé ou entendu quelque part qu’il s’agissait d’un pays dangereux, en crise, en proie à des violences ou mis sur liste rouge par le Ministère des affaires étrangères ?! Par pays en situation critique, j’entends pas là, pays confronté à des révoltes comme en Grèce ou comme ça a été le cas en Egypte, ou encore un pays qui souffre d’une mauvaise réputation… Et bien, je trouve qu’il y a bien des avantages à voyager dans un pays en situation critique !

Voyager dans un pays en situation critique ? Ne pas céder aux rumeurs

  • Par nature et par expérience, je n’ai pas pour habitude de me laisser convaincre par des « on-dit »-« mais ça craint là-bas »-« à la télé ils ont dit qu’il y avait une guerre civile »… Même s’il faut rester vigilent lorsqu’on entreprend un voyage, il ne faut pas laisser place à la méfiance ou pire à la paranoïa. Pour éviter cela, il faut s’informer mais par n’importe où, n’importe comment.
    Il est vrai que le Ministère des affaires étrangères publie et actualise l’état de sécurité des pays au jour le jour MAIS pour tout vous dire je ne prends pas ces informations au pied de la lettre car elles sont -selon moi- parfois amplifiées ou portent à confusion.
  • Une autre alternative est de contacter les ambassades du pays concerné qui peuvent parfois répondre à vos questions.
  • Une autre façon de se rassurer peut être de contacter des locaux si vous en connaissez, des professionnels du tourisme comme des guides ou des maisons d’hôtes qui se trouvent dans le pays/ville où vous souhaitez vous rendre. Ils pourront répondre à vos questions et préoccupations, en vous renseignant sur l’état sécuritaire ou sanitaire du pays ou de la région.

Se laisser porter par son intuition

Quand bien même vous n’avez pas trouvé réponse à vos questions, malgré de nombreuses recherches qui donnent des réponses parfois contradictoires, ma solution serait de vous laisser guider par votre instinct. Si vous sentez que ce voyage ne va pas bien se passer, alors écoutez-vous et reportez-le à une prochaine fois. Au contraire si malgré tout vous le sentez bien, que vous souhaitez y aller à tout prix, alors foncez !
Si vous avez réellement envie de visiter un pays, il ne faut pas se laisser submerger par un tas de doutes ou frayeurs nourris par les médias par exemple. Au final, vous serez frustrés de ne pas y être allé. Alors, laissez-vous porter par votre intuition !
Évidemment, si un pays entier est en guerre ou frappé par une épidémie mortelle, je ne vois pas l’intérêt d’y aller; les risques encourus ne se justifieraient pas.

voyager dans un pays en situation critique

Ne dit-on pas souvent Qui ne risque rien n’a rien !

Une part d’excitation

C’est évident, lorsqu’on voyage dans un pays en situation critique ou qui a une mauvaise réputation, on ressent de l’excitation, un sentiment de se jeter à l’eau sans vraiment savoir où l’on va mettre les pieds. Cette sensation s’accroît avec la prise de risque, pour la ressentir il faut donc avoir un certain goût du risque, ne pas avoir peur d’aller de l’avant, et de dépasser les préjugés.
Avoir une montée d’adrénaline causée par un voyage peu commun ou dit dangereux ne doit pas non plus laisser place à un excès de confiance.
Cette émotion soudaine et intense doit s’apprécier, elle nous apprend à vivre l’instant présent sans trop se poser de questions inutiles et revenir à l’essentiel lors d’un voyage : la découverte, le partage, les échanges, l’émerveillement…

voyager dans un pays en situation critique

On apprend à mieux se connaître

Il n’y a rien de mieux que la prise de risque pour apprendre à se connaître. On pourra ainsi découvrir ses limites et apprendre à les dépasser. Sortir de sa zone de confort nous permet aussi de voir comment l’on va réagir dans une situation qui nous est complètement inconnus. On en sort grandi et on a plus confiance en soi.
Lorsqu’on se trouve dans une « zone inconnue » et que l’on prend des risques, on apprend à mieux s’écouter et à se poser les bonnes questions. Cette étape est indispensable pour se surpasser et évoluer dans la vie.

voyager dans un pays en situation critique

Des endroits peu fréquentés par les touristes

Les pays en situation critique ou déconseillés sont en général peu fréquentés par les touristes. Pour ma part, c’est un vrai plaisir de voyager dans des endroits où il n’y a pas foule comme ça a pu être le cas lors de mon voyage en Egypte au moment des révolutions. Ça permet aussi d’avoir des échanges plus sincères, moins commerçants, de faire des rencontres avec les habitants et de découvrir des sites insoupçonnés.
Et oui, forcément, on voyage un peu hors des sentiers battus lorsqu’on décide de partir à l’aventure dans des pays plutôt instables. Du coup, on récolte tous les avantages comme le sentiment de voyager de manière unique et on se sent libre !

Et vous, avez-vous déjà tenté l’expérience de voyager dans un pays en situation critique ? Comment cela s’est déroulé ?

 

Suivez mes aventures et inspirez-vous !

DiscussionUn commentaire

  1. Coucou Nany,

    Cet article me parle beaucoup! En effet, en 2014 j’ai fait un voyage qui littéralement élever mon âme dans une destination qui a très mauvaise presse, et pourtant elle est tellement riche en histoire et culture, parfaite pour en apprendre sur notre identité en tant que peuple noir, mais aussi d’une manière plus générale en tant qu’être humain tout simplement. Car ce pays, cette île est une rebelle dans l’Histoire de ce monde, Histoire avec un grand, un grand pays dans l’Histoire de l’humanité.
    Il s’agit d’Haïti, je parle d’identité car je suis moi-même Martiniquaise et que je ce voyage, le voyage en général, est une quête identitaire. Comme tu dis, voyager nous permet de tester nos limites et de nous dépasser, donc d’apprendre à mieux se connaître, ce type de destination en effet, en particulier, est un réel challenge pour le développement de soi.
    Merci beaucoup pour cet article.
    Pense à visiter mon blog et ma page Facebook
    Emma 😉 (hihihi)

Leave A Reply